Vidéos à la une

Andrew « Cotty » Cotton, Surfeur de grosses vagues Anglais

L’histoire d’Andrew est extraordinaire, ayant grandi dans le sud-ouest de l’Angleterre où il n’a jamais vu de grosses vagues que dans les magazines ou les films de surf. Il s’est vite rendu compte qu’il était attiré par les vagues puissantes et qu’il aimait surfer sur les plus grosses houles que le sud-ouest du Royaume-Uni pouvait lui envoyer.

Peu après avoir quitté l’école, Andrew a commencé à travailler dans l’industrie locale du surf afin de pouvoir continuer à surfer autant qu’il le voulait. Sa passion et son envie de surfer des vagues de plus en plus grosses l’ont amené à faire le tour du monde en surfant dans des endroits comme Fidji, l’Australie et Hawaii. Il pagayait rapidement dans les vagues de 20 pieds à Waimea et se sentait étrangement à l’aise dans les situations difficiles de l’océan.

Après avoir suivi une formation de plombier pour commencer une  » carrière « , Andrew a continué à surfer sur les énormes houles hivernales dès qu’il le pouvait. Il a contribué à la création de grands spots de vagues célèbres en Irlande comme Mullaghmore et a passé beaucoup de temps sur la côte ouest à apprendre à rider un jet ski dans d’énormes vagues. Certaines de ses premières vagues à Mullaghmore ont contribué à propulser le spot sous les feux de la rampe mondiale.

En 2010, le surfeur de grosse vague Garrett McNamara a vu ce qu’Andrew faisait en Irlande et lui a demandé de faire partie de la première équipe à Nazare pour surfer les plus grosses vagues qu’on ait jamais essayé. En 2011, Andrew a remorqué Garrett dans les livres des records avec une vague de 78 pieds ! La relation étroite d’Andrew avec Nazare a été scellée à partir de ce jour-là.

La plomberie se mettait tout simplement en travers de la route des grosses vagues et Andrew a pris la décision en 2013 de devenir surfeur professionnel. Il s’est associé à d’excellentes marques pour y parvenir et il est maintenant hautement qualifié pour développer et initier des projets de marque, générer du contenu et aider à diffuser le message de la marque.

Considéré comme un influenceur important, Andrew adore s’engager dans des projets pour raconter une histoire. Cela l’a amené à créer ses propres aventures avec plusieurs projets très excitants en cours de réalisation. Son partenariat avec Red Bull, par exemple, lui a permis de réaliser l’étonnant film’Beneath the Surface’.

Évidemment, Andrew doit rester en pleine forme physique et mentale pour être prêt à surfer des vagues de plus de 21m. En tant qu’athlète de haut niveau, il s’entraîne à un très haut niveau avec son entraîneur personnel Andrew Blake. Réalisant que les gens s’intéressaient à la façon dont il se maintenait en forme, Andrew a lancé une série de Retraites de Surf Fitness à travers le monde pour partager ses connaissances et ses techniques.

Surf Fit Life est la dernière aventure d’Andrew et est ouverte aux surfeurs de tous niveaux. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Andrew est motivé par le désir de surfer les plus grosses vagues du monde. Contrairement à l’alpinisme, où l’on sait que les plus hautes montagnes ont été conquises, on ne sait tout simplement pas quelle taille de vague peut être générée et ensuite surfer. La barre monte chaque année et c’est cette inconnue qui pousse Andrew à poursuivre son objectif. Surveillez cet espace!

Nom : Andrew Cotton
Surnom : Cotty
Date de naissance :
Lieu de résidence :
Taille :
Poids :
Binôme/Partenaire :
Statut : Professionnel
Sponsor principal : Redbull
Discipline favorite : surfer de grosses vagues
Highlight :
Training :
Sport favori :
Surfeur favori :
Musiques du moment :

Dernière Interview : Andrew « Cotty » Cotton

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’y retourner ?

C’est ce sentiment de ne pas savoir. Il y a beaucoup de bonnes vagues en Irlande qui sont vraiment près du rivage. Mais vous commencez à vous demander s’il n’y a rien de mieux. Du point de vue de n’importe quel surfeur, trouver une nouvelle vague, ou voir s’il y a de meilleures options sur le marché, est une chose assez excitante à faire.
Depuis 2010, je me pose la question, mais il nous a fallu trois ans pour y arriver. La première fois que nous sommes sortis, je suis sorti avec deux de mes copains en motomarine, ce qui représentait environ 45 minutes de ski. Dès la première fois, il est devenu évident que si vous vouliez le marquer correctement, il vous faudrait plus que quelques jet-skis.

Quelle est la rareté de découvrir un nouvel endroit comme celui-ci ?

Il y a beaucoup de possibilités dans l’Atlantique – l’océan est un grand endroit. Il y a des endroits où j’ai surfé en Irlande où je n’ai l’occasion de surfer qu’une fois tous les quatre ans en raison des conditions météorologiques.

Vous avez vu la vague pour la première fois en 2013 et vous êtes revenu en 2015. A-t-il fallu deux ans pour mettre en place toute la logistique ?

Prendre un bateau et un équipage en mer n’est pas une tâche à prendre à la légère. L’Atlantique Nord, en particulier la côte irlandaise, est assez dangereuse et les conditions météorologiques peuvent changer assez rapidement. Heureusement, Matt Knight est un capitaine très expérimenté et tous les surfeurs que nous avions avec nous sont des watermen expérimentés.
L’enthousiasme de Matt a vraiment aidé le projet à voir le jour ; il était prêt à engager son bateau. Il n’y a pas beaucoup de gens qui voudraient mettre leur bateau dans des conditions difficiles, alors que la plupart d’entre eux se mettraient à l’abri.

Les vagues étaient-elles ce à quoi vous vous attendiez ?

Enfin, en quelque sorte. J’avais regardé les cartes de cette zone et nous savions qu’elle passait de très profonde à très peu profonde, et nous connaissions les contours approximatifs du récif. Mais le fait d’être là-bas, dans le genre de conditions dans lesquelles nous plongions, était très étrange. Le fait qu’il soit si éloigné et qu’il y ait ce morceau de roche qui se dresse, la profondeur et toutes les gouttes d’eau, ça m’a un peu frappé. Une de mes peurs est de faire de la plongée avec tuba, je pense toujours que quelqu’un va m’attraper !

Dans Beneath the Surface, nous vous avons vu surfer sur des vaques de 9m, mais que pensez-vous que le potentiel de ce spot pourrait être dans les bonnes conditions ?

Manifestement, c’était une petite journée, car il n’y avait pas beaucoup de houle. Vous pourriez facilement obtenir le double de cette taille. Le plus gros que nous ayons jamais vu, c’est le jour où nous n’avons pas surfé en 2013 ; c’était probablement dans la zone des 15m. Il est certain qu’il y aura de sérieuses vagues si les conditions s’enchaînent et que la direction de la houle est bonne.

Avez-vous déjà douté du potentiel de la vague pendant l’hiver, surtout après la déception de l’absence de houle lors de votre deuxième sortie ?

La deuxième grève était évidemment plutôt mauvaise et à ce moment-là, j’étais un peu dépassé. Je suis surfeur, je veux juste des vagues. J’avais regardé sur Internet et tout le monde avait marqué dans d’autres endroits et je me demandais « A quoi bon ? Pourquoi je fais ça ? »

Il était possible que la vague n’ait rien produit l’hiver dernier, était-il difficile de consacrer une saison à un endroit inconnu avec un potentiel inconnu ?

En fin de compte, c’était un projet de rêve. Cela fait si longtemps que j’avais envie de le faire, alors j’ai rêvé que Red Bull me dise :  » Voici les pièces du puzzle qu’il va vous falloir pour le réaliser « . C’est un pari parce qu’on ne sait pas ; ça pourrait être la meilleure année de tous les temps, ça pourrait être la pire année. Rétrospectivement, pour l’Atlantique Nord, c’était en fait une année assez mauvaise, une année El Niño, ce qui signifie que le Pacifique Nord a normalement de meilleures vagues.

Lorsque vous faites face à la météo et aux conditions météorologiques, vous n’avez plus rien à faire. Avez-vous prévu de retourner sur les lieux cet hiver ?

Ouais, c’est sûr. Nous en savons beaucoup plus à ce sujet, mais il nous reste encore quelques variables à élaborer. J’ai mes spots de grosses vagues préférés, celui du Portugal, Nazaré ; Mullaghmore en est un autre, et maintenant c’est définitivement sur la liste.

Maintenant que ce spot a été mis en valeur auprès du public, pensez-vous que d’autres surfeurs vont le retrouver ?

Je suis sûr que cela a toujours été sur les radars des gens, c’est juste pour savoir s’ils veulent prendre le risque d’aller là-bas par d’autres vagues. Tu vas dans un nouvel endroit et tu prends le risque ou tu t’en tiens à ce que tu sais ? Surfer, c’est comme ça, on ne peut pas dire « on reviendra demain », « parce que les vagues seront parties ».

Avez-vous déjà laissé passer une vague parce qu’elle était trop grosse ?

Je ne dirais pas parce qu’il a toujours été trop grand, mais il y a eu des conditions où je ne l’ai pas ressenti. Je m’écoute moi-même et je ne ressens aucune pression extérieure pour faire quelque chose. Tu dois prendre soin de ton corps. Il y a eu des sessions où je n’ai pas surfé, que ce soit parce que je ne le sentais pas ou parce que je ne pensais pas que ça valait le coup de le risquer. Je suis heureux de dire non.

Vous avez dit que vous n’êtes pas à la recherche de sensations fortes, alors qu’est-ce qui vous pousse à vous lancer à la poursuite des plus grandes vagues du monde ?

Juste un amour pour le surf, tu vois ? Je m’amuse dans les vagues de 0,6m à 6m pieds. Je ne suis pas à la recherche de sensations fortes ou d’adrénaline, ou peut-être que je le suis ? Je ne sais pas, je ne sais pas. C’est juste amusant.

Vous avez commencé à surfer dès votre plus jeune âge, quand avez-vous choisi la voie des grandes vagues ?

J’ai commencé quand j’avais sept ans et ça a toujours été le rêve, ça m’a juste pris beaucoup de temps pour venir ici ! Je travaillais dans une usine de planches de surf et nous avions l’habitude de voyager en équipe la plupart des hivers et je me suis vite rendu compte que j’étais généralement meilleur dans les grosses vagues. C’est bizarre parce qu’à la maison, si on veut être surfeur professionnel, il faut être bon en compétition, et bon dans les petites vagues, et je n’étais pas très bon non plus. Mais j’avais l’impression d’être plus performant que les autres quand les vagues sont devenues plus grosses. Vous poursuivez des choses que vous aimez et dans lesquelles vous vous sentez bien, donc c’était naturel à partir de ce moment-là.

Something is wrong.
Instagram token error.
Voir Plus

 

Andrew Cotton

Toutes les Vidéos : 0  Video Posted

W3Schools

BigWednesday.Tv

Lancé sous l’impulsion de Nicolas Mercadieu, bodyboardeur passionné de grosses vagues et Kevin Lestrade, ingénieur en electronique et surfeur passionné, inventeur du surf tracker By The Wave. Ce site a été créé grâce à la participation des étudiants en Master 2 en Administration and Management of Professional Sport Clubs de l’université de Bordeaux pour les cours de « Editing and Visual Softwares ».

Un projet d’étudiant

Le concept est de construire l’équipe européenne des surfeurs de grosses vagues en utilisant des technologies modernes wordpress, pour des pages web en html, photoshop, pour travailler sur des détourage et mises en avant d’athlètes, et canvas pour des compositions et réalisations de supports publicitaires web et papier.

Big wednesday le film, 40ans déjà

Le film raconte l’histoire de trois jeunes amis dont la passion dans la vie est le surf. Ces amis sont : Matt Johnson (Jan-Michael Vincent), un type autodestructeur qui a une attitude machiavélique, Jack Barlowe (William Katt), le calme et responsable du groupe, et Leroy « The Masochist » Smith (Gary Busey), dont le surnom en dit long sur sa personnalité… en savoir plus